mars 26, 2019

HDR Subjectivités politiques et singularités subjectives : enquêtes d’anthropologie de la politique


HAYEM JUDITH : 

Subjectivités politiques et singularités subjectives : enquêtes d’anthropologie de la politique

Ecole doctorale : SESAM                                                                                                                                         

Laboratoire/Etablissement : Clersé UMR 8019 (Centre Lillois d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociologiques), Université de Lille

Discipline : Anthropologie 

 

SOUTENANCE : 26 mars 2019 à 14h00, 

Salle du conseil, 1erétage du Bâtiment SH2, campus Cité Scientifique

 

Garant de l'habilitation : Ivan Sainsaulieu, Professeur de sociologie, Université de Lille, Clersé

 

- Rapporteurs : Alain Bertho, Professeur d’anthropologie, Université Paris 8, LAVUE

 Ferdinando Fava, Professeur d’anthropologie, Université de Padoue, LAVUE

 Monique Selim, Anthropologue, Dr de Recherche IRD, Université Paris 7, CESSMA

 

- Examinateurs : 

Annie Benveniste, Anthropologue, Maître de Conférences HDR, Université Paris 8, LEGS

Olivier Leservoisier, Professeur d’anthropologie, Université Paris 5 Descartes, CEPED.

Bernadette Tillard, Professeur de sociologie, Université de Lille, Clersé

Catégorie : AGENDA
Posté par : admin

Le mémoire entreprend un retour réflexif sur les travaux de recherche menés depuis le début de la thèse, et la manière dont ils ont nourri mes activités d’enseignement, d’encadrement et d’animation de la recherche. 

La réflexion est organisée de manière thématique et chronologique soit : les enquêtes sur les formes de pensée des ouvriers et la figure ouvrière à l’usine dans divers pays et conjonctures (en Afrique du Sud tout particulièrement, mais aussi en France, en Angleterre et aux Etats-Unis) ; les enquêtes sur la mobilisation pour l’accès aux soins du VIH/SIDA dans les mines d’Afrique du Sud ;  les enquêtes sur les émeutes xénophobes de Mai 2008 dans ce même pays ; et enfin, un chapitre consacré aux subjectivités politiques à partir de l’enquête sur les  formes de pensée des générations post-apartheid dans la township de Daveyton. Un chapitre analyse également l’expérience militante formatrice de l’auteure aux côtés des ouvriers sans-papiers des foyers, dans la suite de l’occupation de l’église Saint-Bernard en 1996, afin de reprendre à nouveau frais la question du savant et du politique et discuter la notion de« neutralité axiologique ». L’auteure indique ainsi comment, dans sa pratique, la recherche anthropologique sur la politique et l’engagement militant sont en conséquence, deux processus complémentaires mais distincts, bien qu’ils aient l’enquête sur les formes de pensée en partage.

 

 

Pour chacun des objets et terrains abordés les grandes orientations théoriques, problématiques et épistémologiques qui ont guidé ces enquêtes d’anthropologie de la politique d’une part, et les enquêtes militantes sur la politique, de l’autre, sont explicitées et justifiées avec pour fil directeur la question de la subjectivité. 

La subjectivité est en effet abordée sous trois acceptions souvent croisées dans la pratique et que le mémoire s’attache à démêler : 

- la subjectivité du chercheur ; 

- l’état des subjectivités dans les processus militants ;

-  et l’usage de la notion de subjectivité politique qui a été celui de l’auteure dans des travaux plus récents, par contraste avec des usages alternatifs.

 

Sur cette base, et dans la suite des travaux initiaux de l’anthropologue Sylvain Lazarus, ce travail affirme la fécondité de mener des investigations anthropologiques sur lapolitique entendue comme une pensée du possible. Ceci à condition de s’attacher à l’analyse « en intériorité » des catégories de pensée des gens. Les singularités subjectives ainsi identifiées sont le résultat de processus de subjectivation, si l’on entend par là, non pas la création d’un sujet politique, mais des processus intellectuels dont il s’agit d’examiner la rationalité et l’enjeu propres. Le cas échéant, le chercheur doit étudier les lieux politiques dans lesquels se déploient ces singularités subjectives ainsi que les formes organisées qui en découlent ; et ce, en étant attentif à leur caractère séquentiel. Cette approche permet notamment d’analyser des processus politiques contemporains qui se caractérisent par leur distance délibérée avec l’Etat. 

  Agenda
14
novembre
05
décembre
Actualités du collège doctoral Lille-Nord de France
Thèse COLLETTE Cynthia déc. 17, 2018
SOUTENANCE BORD PAULINE déc. 14, 2018
Soutenance Amand Emilie déc. 8, 2018
Soutenance FORSTER Loïs déc. 7, 2018
Defense HDR SEVERO MARTA déc. 5, 2018
SOUTENANCE Walbrou Sonny nov. 29, 2018
Soutenance ROMAIN LISA nov. 28, 2018
Start' doc déc. 4, 2017
Actualités des établissements partenaires